17 avril 2024


En ce premier samedi du mois de mars, le temps est couvert et froid.
La randonnée démarre par un très beau sentier en sous-bois, le long d’anciennes terrasses, pour gagner le site de Chabroulière.

Implanté en fond de vallon, le bâtiment de l’ancienne grange monastique transformée plus tard en maison forte surprend par sa taille et la qualité de son architecture. Par contre, il a perdu une grande partie de sa toiture.

Nous sommes reçus par Sylvain, son propriétaire, charpentier de formation, qui nous fait part de sa passion pour ce monument qu’il veut mettre « hors d’eau ».
Ce n’est pas trop l’histoire du bâti qui l’intéresse mais l’envie de sauver cet ensemble et d’en faire un lieu de formation, de culture et de rencontre, avec l’aide de l’association ScaraBule.
Il a monté un dossier fin 2022 pour solliciter une aide auprès de la Mission Patrimoine confiée à Stéphane Bern. 260 000 € lui ont été accordés pour des travaux qui devraient démarrer à l’automne.

Il nous fait visiter la grande pièce voûtée du rez-de-chaussée, encore bien conservée, de style cistercien par la pureté des lignes. C’est là qu’étaient stockés céréales et olives, sans doute aussi des fûts de vin, aux XIIe-XIIIe s., pour le compte de l’abbaye des Chambons.

L’étage était occupé par le logement des frères convers chargés de l’exploitation, avant qu’il ne soit transformé en château.
La deuxième étape est le moulin de Marceau, en accès libre. Un bel exemple de restauration d’un moulin à eau, avec la remise en état de l’amenée d’eau et du bassin, de la réfection de la toiture à la fabrication du mécanisme et des roues à godets.

Un lieu idyllique pour le pique-nique, à peine perturbé par quelques gouttes d’eau.
Montée ensuite au hameau de Bavancel avec ses ruelles à arcades et vieilles demeures en
grès. Tout annonce déjà les Cévennes ardéchoises.
On poursuit vers la Pierre plantée, un des rares menhirs de l’Ardèche, couronnée d’une croix. Il serait à la croisée de chemins de transhumance.
Progression ensuite sur Faugères, petite commune rurale qui offre de belles terrasses plantées d’oliviers, des maisons traditionnelles et une étonnante église romane sous le vocable de Saint-Théobald, avec un clocher-peigne fortifié au XIVe s.
On note une proportion importante de résidences secondaires et un village de gîtes de vacances.
Retour à travers bois sur Planzolles par le sentier du Puech.

Share Button