22 juin 2024
Distance parcourue : 13,83 kms. Temps de marche : 4h53

Une magnifique boucle depuis Saint-Etienne-de-Bourgogne qui permet de suivre une bonne partie de l’histoire géologique de l’Ardèche.
On commence par une montée progressive jusqu’au hameau d’Auzon, où les murs des maisons offrent une grande variété de roches, dont un grès très dur à grains fins.


C’est l’occasion d’observer deux linteaux remarquables.

 

 

 

Le sentier continue de grimper jusqu’au col d’Auzon, où l’on marche sur des roches cristallines souvent très altérées.
On poursuit en direction de la ferme d’Auriol, dans un paysage de landes à genêts marqué par endroits d’éboulis de blocs de grès du début du Secondaire (Trias), propices à la fabrication de meules à farine.
En approchant de la ferme d’Auriol, on remarque les premiers prismes de basaltes.

 

Après le pique-nique, nous sommes rejoints par Maryse Aymes, géologue, présidente de l’association Clapas.
Elle nous explique avec beaucoup de pédagogie la formation de toutes ces roches tout en les situant dans leur cadre géologique, depuis surtout la fin du Paléozoïque il y a plus de 300 millions d’années.
Maryse insiste principalement sur les origines des migmatites et granites, des roches métamorphiques, fruits des fusions et pressions connues par les roches en profondeur – jusqu’ à moins 15 km – avant d’être remontées et dégagées par l’érosion.
Certaines portent des taches de « cordiérite », un minéral typique du métamorphisme, qui se cristallise à des températures hautes de 750 à 850° C. A la longue, une fois en surface, ces granites peuvent s’altérer en sable mélangé à de l’argile : c’est l’arène granitique, appelée localement « sisa ».

L’explication porte ensuite sur les basaltes qui appartiennent à des coulées volcaniques dont l’âge se situe entre 8 et 7 millions d’années comme dans le Coiron voisin.
Ils peuvent présenter des enclaves de roches cristallisées (pyroxène, amphibole, olivine) provenant de frottements dans le manteau supérieur et remontées vers la surface.

On poursuit en cheminant au sud du Rocher de Gourdon, bel exemple de relief inversé de coulées de lave et de projections initialement mises en place dans des vallées (dyke).
Près de la ferme de Gourdon, point le plus haut de la randonnée (916 m), on note d’étonnantes altérations en boule des roches volcaniques dites en « pelure d’oignon ».

 

Puis, le sentier descend assez brutalement pour tomber sur l’ancienne ligne de tramway Le Pouzin – Privas – Aubenas qui n’a fonctionné que quatre ans (1910 -1914) !

On se retrouve sous de vieux châtaigniers avant de gagner le hameau verdoyant des Conchys (c’est bien là) où l’on trouve des calcaires gréseux, et de retrouver Saint-Etienne-de-Boulogne.


Un parcours passionnant pour les curieux de nature et de géologie, avec des panneaux d’interprétation richement développés, avec le label Géosite du Géoparc des Monts d’Ardèche.

Share Button