13 juillet 2024

Nous retrouvons Christine Berthon, notre guide conférencière des années passées en Arles et Avignon, devant la maison natale d‘Alphonse Daudet, tout près du parking. Il y est né le 13 mai 1840. Son père y était négociant en soie, il y resta jusqu’en 1849 avant de s’installer à Lyon.

Nîmes fut l’une des plus grandes villes de la Gaule romaine, sur la grande voie (via domitia) reliant Rome à l’Espagne. Elle était particulièrement liée à l’eau.

On débute la visite par le castellum divisorium, point d’arrivée de l’aqueduc qui acheminait l’eau de la fontaine d’Eure près d’Uzès, après un trajet de 50 km. Tout un système ingénieux de conduits et de vannes autour du bassin de réception permettait une répartition à travers les différents quartiers de la ville, les édifices publics et thermes.

On poursuit par les Jardins de la Fontaine aménagés dès l’époque antique autour d’une ancienne source sacrée. On y trouvait un vaste sanctuaire appelé Augusteum dédié au dieu Nemausus et à l’empereur Auguste. Il en subsiste le Temple de Diane, assez bien conservé, avec sa voûte en berceau et une riche ornementation intérieure de niches et colonnes. Sa véritable fonction reste incertaine : édifice de culte ou bibliothèque publique ? L’ensemble des Jardins a été repensé aux XVIIIe s. et XIXe s., selon les modes des époques.

On longe les quais pour gagner la place d’Assas, la place aux symboles, construite en 1986. Deux têtes-fontaines monumentales se font face et alimentent un bassin central circulaire d’où émergent quatre colonnes.

C’est ensuite la Maison carrée, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce temple occupait le forum et était encadré d’un large portique, il est l’un des mieux conservés du monde romain. Il a été construit au tout début du 1er siècle de notre ère et dédié par Auguste à la gloire de ses deux petits-fils décédés prématurément. Un monument hexastyle corinthien édifié sur un haut podium, qui séduit par l’harmonie de ses proportions et l’élégance de ses colonnes.

Le repas se passe en face en haut du Carré d’Art, construit dans les années 1980, pour en faire un Musée d’Art contemporain. Nous sommes sur la terrasse du restaurant Le Ciel de Nîmes qui offre une magnifique vue sur la place et la vieille ville. Un moment convivial.

On reprend la visite par la Place de l’Horloge avec sa tour reconstruite au XVIIIe s., symbole du pouvoir municipal, la maison Villaret, la rue de la Madeleine, la Maison romane et son étonnant décor sculpté, la Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor dont la façade est en travaux, la Place aux herbes, la rue de l’Aspic où se trouvait la maison de Jean Nicot qui introduisit le tabac en France, l’Hôtel de Ville, un vaste édifice du XVIIIe s. réaménagé au XIXe s., où sont suspendus quatre crocodiles naturalisés, un clin d’œil aux vétérans de légions romaines d’Égypte fixés à Nîmes du temps d’Auguste. En face, un bel immeuble avec un Jacquemard et de nombreux motifs sculptés en lien avec la chasse.

Tout ce quartier est riche en façades d’hôtels particuliers, reflets d’une importante bourgeoisie locale… Des explications aussi sur les toiles de Nîmes, dont le fameux « denim » qui fut largement exporté dans l’Europe entière.

On arrive ensuite aux Arènes, avec ses deux niveaux d’arcades superposées, l’amphithéâtre, l’un des mieux conservés aussi du monde romain, qui pouvait contenir jusqu’à 24 000 spectateurs.  Le monument emblématique de la ville !
On a droit à toute une explication sur les combats de gladiateurs donnés gratuitement pour divertir la population de la cité à l’époque romaine. Il a été ensuite transformé en village fortifié, en quartier urbain, avant d’être dégagé et reconverti en arène à la fin du XIXe s.

On termine par la Fontaine Pradier, une fontaine monumentale en marbre inaugurée en 1851, symbolisant Nîmes et ses quatre sources d’approvisionnement.

C’est le retour par le Boulevard Victor Hugo en passant devant le lycée Alphonse-Daudet, vaste bâtiment maintes fois reconverti, bien connu pour sa grande horloge, l’église Saint-Paul de style néo-roman.

Une très belle journée, très intense, à la découverte d’une ville soignée qui a su largement valorisé et mettre en scène son riche patrimoine.
Un grand merci à notre guide qui a su nous faire partager sa passion et ses connaissances, avec des illustrations et des références littéraires à l’appui, pour cette ville d’Art et d’Histoire exceptionnel, trop méconnue du grand public.

Share Button