Archives de catégorie : Nous y étions

Samedi 24 novembre 2018 : un spectacle de clôture de qualité.

Pour clore son cycle d’animations dans le cadre du Centenaire de la fin de la Grande GuerrePaysages, Patrimoine et Environnement de Saint-Remèze proposait Grande Guerre, Petites Gens… interprété et mis en espace par le Chœur La Voix de l’Escoutay et Le Théâtre en Toc d’Alba-la-Romaine.

Près d’une cinquantaine de choristes, comédiens et techniciens se retrouvaient dès l’après-midi pour les derniers réglages et une répétition dans la salle polyvalente réaménagée pour la circonstance.
Le public a répondu présent en soirée.

Ce fut un spectacle émouvant et de grande qualité, avec des extraits de lettres du front, ou encore des lectures de dictées de l’époque, et des chants écrits dans les tranchées, françaises, allemandes, italiennes, ou à l’arrière, ou encore des chants d’auteurs contemporains sur cette sale guerre.
En tout cas, une vraie communion s’établit tout de suite avec le public, partageant les messages de cette soirée de mémoire : la folie, l’absurdité de ce conflit qui aurait dû être la « der des ders » et pourtant…



Un grand merci à l’ensemble du groupe pour son engagement, son
enthousiasme, et aux organisateurs.

 

Un beau moment d’échange devait parachever la soirée avec le verre de l’amitié offert au public, suivi d’une collation partagée avec les membres de l’association Patrimoine qui avaient pris soin de préparer des plats maison, pour le plaisir de tous.

 

Vendredi 9 novembre 2018 : l’armistice sur tous les fronts.

Vendredi 9 novembre, en fin de matinée, la grande section de l’école de Saint-Remèze s’est rendue à la chapelle sainte Anne pour voir l’exposition sur La Grande Guerre et les Poilus de Saint-Remèze préparée par notre association.

Ils ont suivi avec beaucoup d’intérêt les explications de Michel et Gilbert sur les principaux caractères de ce conflit qui a lourdement marqué l’Histoire du village.

 

 

215 Poilus ont été recensés, soit tous les hommes de 20 à 45 ans, envoyés sur tous les fronts. 40 ne reviendront jamais, morts pour la France.
Bien préparés par leur maîtresse, les enfants ont su répondre à de nombreuses questions.

Le soir, une conférence était donnée à la salle polyvalente sur « Le 11 novembre 1918… et après » par Pierre Ladet, président de Mémoire d’Ardèche et Temps présent, avec en seconde partie un diaporama scénarisé sur les « Poilus ardéchois » et une lecture de correspondances sur des poilus du village de Saint-Remèze.
L’armistice marque la fin des combats, la victoire des Alliés et la défaite totale de l’Allemagne, il est suivi bientôt du Traité de paix de Versailles le 28 juin 1919 qui contient déjà les germes du second conflit mondial…

Il y eut beaucoup d’émotions dans les différents témoignages rapportés au cours de cette soirée mémorielle.

Merci à l’association d’avoir su toucher aussi bien grands et petits sur les développements de cette monstrueuse guerre qui aurait dû être « la der des ders ».

Vendredi 26 octobre 2018 : une belle soirée.

La huitième castagnade organisée par Paysages, Patrimoine et Environnement de Saint-Remèze n’a pas failli à sa tradition.
Comme les années passées, elle se tenait à la Maison forestière de Saint-Remèze près de la route des Gorges, où deux barnums avaient été aussi dressés pour la circonstance.
Toute l’équipe de bénévoles, encore plus importante cette année, y avait mis du sien pour la réussite de cette manifestation, la décoration de la salle et des tables, la rôtie des châtaignes et la préparation du repas.

Dès 19 h, les participants se faisaient nombreux pour déguster les succulentes châtaignes, le castagnou ou le vin primeur.
Suivaient une excellente bombine mijotée par Sylvette dans la pure tradition du Sud-Ardèche, des picodons, une compote de pommes de la vallée et des tartes à la châtaigne concoctées gracieusement par Annie.
Comme animation, le Trio Reflets guidé par Perrine, proposait des airs d’antan et des musiques irlandaises, bretonnes… à faire danser une partie du public.
Il aurait fallu pouvoir doubler l’espace de la Maison forestière pour entraîner encore davantage de monde dans le bal !
Un grand merci aux organisateurs, au Service technique de la commune et à l’ensemble des bénévoles de l’association pour faire partager un moment toujours aussi convivial, tout en faisant le plein de saveurs locales.

 

Dimanche 26 août 2018 : Patrimoine dans les gorges.

Pour sa dernière sortie de l’année, Paysages, Patrimoine et Environnement de Saint-Remèze proposait une sortie inédite dans les Gorges de l’Ardèche « Du Balcon des Templiers à Gournier ».
Vingt-sept personnes étaient au rendez-vous, pour vivre cette journée de découverte.
Le circuit concocté par l’équipe d’organisation permit de voir en matinée deux superbes abris-bergeries avec leurs murettes en pierre sèche particulièrement bien conservées.

Dans le premier, on pouvait y observer quelques figurations d’art schématique laissés par d’anciennes communautés agro-pastorales de la fin du Néolithique ou du début de l’Age du Bronze.

Pour l’accès au deuxième, implanté sur une vire étroite, Rémy avait pris soin d’équiper et de veiller scrupuleusement à la montée de chacun.
Puis, ce fut la descente sur le pied de la Cathédrale toute resplendissante en cette belle journée d’été.

Après le pique-nique au bord de l’eau, au moment de retrouver l’évent de Guigone, chacun mesura les effets extraordinaires des violentes pluies du 9 août qui ont surcreusé par endroits sur plus de trois mètres de profondeur.


Puis, ce fut la visite de l’exutoire de Midroï en partie noyé par les eaux, mais étonnamment peu modifié par la crue. La remontée par Gournier est toujours un peu raide mais toute en sous-bois.

Les plus courageux firent un détour à l’aven-grotte de Rochas, point de départ d’un réseau spéléologique de plus de sept kilomètres.
Une superbe journée, quelque peu sportive, où tout le groupe prit plaisir à apprécier les ressources cachées des Gorges l’Ardèche.

Un grand merci à Michel et Rémy pour la réussite de cette merveilleuse journée.

Vendredi 10 août 2018 : nuit des étoiles.

La 3e édition de la Nuit des étoiles réservée aux adhérents de Patrimoine a connu un beau succès.

Comme chaque année, elle a démarré par une fabuleuse soupe au pistou préparée par Marie-Christine et toute son équipe.

 

Chacun avait aussi amené sa spécialité ou un petit quelque chose mis en commun.

 

Le soleil couché, on pouvait vite voir du haut des terrasses de Gérard et Chantal les quatre planètes de l’été : Mars, Saturne, Jupiter et Vénus, quasiment alignées.

La soirée était animée par l’Astro Club Ophiuchus de Saint-Julien de Peyrolas venu en force avec six télescopes.

 

Après une leçon de présentation du système solaire, chacun pouvait aller d’une lunette à une autre pour partager les commentaires et s’extasier sur nos planètes, voir des amas globulaires ou des amas ouverts regroupant des milliers d’étoiles, de lointaines galaxies, des nébuleuses gazeuses et même une comète
On vit aussi quelques étoiles filantes et un passage de la station spatiale internationale.
Une soirée réussie, très conviviale, avec un ciel merveilleux et particulièrement clément, des conditions idéales pour observer.
Un grand merci à tous.

Jeudi 2 août 2018 : conférence au lavoir.

Bernard Leborne, ingénieur, président de Maisons Paysannes d’Ardèche, a donné une conférence sur « Le Bâti rural ardéchois et les façons d’améliorer son confort tout en préservant son caractère » dans l’ancien lavoir communal du Ruisseau des Fonts. Elle était proposée par Paysages, Patrimoine et Environnement de Saint-Remèze.
S’inspirant des travaux de Michel Carlat, il rappelait la diversité de l’habitat traditionnel ardéchois et les spécificités de ce bâti qui a su s’adapter à son environnement.
Puis, il nous livrait plusieurs solutions pour ré-habiter ce bâti ancien, conçu pour se protéger des froids hivernaux et des chaleurs estivales et répondre à des besoins précis. Il met en garde en particulier sur l’usage inconsidéré du ciment ou des enduits monocouches, sur l’utilisation de la laine de verre dans les greniers, ou encore sur la pratique des grandes ouvertures.
L’exposé fut souvent technique mais accessible au plus grand nombre.
Il rappelait l’ingéniosité du bâti ancien, montrait que nous avons beaucoup à tirer de l’expérience de ceux qui nous ont précédés et que nous devons nous méfier des normes du confort moderne.

En tout cas, l’idée de l’association de donner une conférence dans ce lieu patrimonial qu’était le lavoir était une première. Pour un soir, ce lieu de vie et de sociabilité qu’il fut pendant près d’un siècle retrouvait une âme l’espace de quelques heures.

Il le serait encore davantage si son bassin était en eau !

Vendredi 20 juillet 2018 : une soirée gâtée par l’orage

Proposé par notre association Patrimoine, le grand Bal folk animé par
Cabr’e can eut lieu sur la place du Porgie au cœur du village, parée pour
la circonstance.
Le groupe était là dès 17 h pour un apéritif musical avec des membres de l’association soudés derrière leur bar.

Une première pluie venait compromettre la soirée, puis c’était l’accalmie qui permettait au bal de démarrer à l’heure, dans la bonne humeur.
Les danseurs se faisaient vite de plus en plus en plus nombreux.
Les fidèles venus parfois de loin mais aussi les touristes et de nombreux saint-reméziens.

Nos trois musiciens ont une solide expérience et savent entraîner tout le monde au son des cornemuse, hautbois, violon, vielle à roue, accordéon diatonique… Ce sont des farandoles, des bourrées, des polkas, mazurkas, où tout un chacun peut s’essayer.
Chantal n’hésite pas à descendre du podium pour expliquer les pas.

Un beau moment de vitalité, de partage et de sourire.
La fête devait être interrompue par un violent orage sur les coups de 22h30. Il fallut parer au plus urgent, protéger les instruments…Transie par la pluie, la foule s‘éclipsa au plus vite.

Dommage, la fête aurait pu durer tellement plus longtemps. L’association est prête à renouveler l’expérience l’an prochain, la place se prêtant à merveille à ce genre d’animation.
Merci à tous ceux qui ont aidé et aux musiciens pour leur entrain.

Dimanche 8 juillet 2018 : de Gerles à la ferme de Rez

Pour clore son programme de sorties,notre association Patrimoine proposait un parcours inédit de Gerles à la Ferme de Rez par le col d’Eyrole, la Dent de Rez et Mouchalarède.

Le temps était relativement clément pour effectuer ce circuit et profiter des vues panoramiques.

 


Il permit de revoir les différentes occupations du plateau sommital de la Dent de Rez, formidable promontoire dominant une grande partie de l’Ardèche et de la Drôme.


L’Age du Fer y est particulièrement représenté avec un double rempart en pierre sèche protégeant le site sur son côté le plus vulnérable, sur plus de 500 m de long.

L’ensemble devait protéger un village perché important dont il ne reste que peu de traces. En tout cas, il évoque un pouvoir relativement puissant.
Plus à l’ouest, le secteur de la Ferme de Rez a livré une structure du Haut Moyen Age, dont un dépotoir de tessons de céramique et les traces d’une intense activité métallurgique.
Il présente aujourd’hui plusieurs intéressantes constructions rurales dont certaines avec des arcs de décharge et des contreforts surprenants, qui peuvent remonter au XVIIIe s.


Le retour vers Eyrole se fit par la combe du ruisseau de l’Enfer, qui fut sans doute autrefois une voie de passage vers l’Ibie et les Cévennes.

Samedi 16 juin 2018 : de la Plaine du Tay à la Combe longue

La plaine du Tay correspond à ce plateau qui borde à l’ouest la combe du Tiourre, entre Mayres et Piapala, à cheval sur les communes de Lagorce et de Vallon.

Un lucane cerf-volant.

Elle est marquée par un maillage d’anciennes lignes de prospection sismique dans le cadre de recherches pétrolières menées dans les années 1950.
La végétation s’y est considérablement développée depuis, cachant d’anciennes structures en pierre sèche.

Elle offre néanmoins plusieurs points de vue exceptionnels sur la combe du Tiourre.

Mme Peschier de Mayres aida le groupe à retrouver une cabane flanquée d’une tour qui permettait autrefois aux bergers de surveiller leurs troupeaux sans avoir à se déplacer, ou encore d’effrayer les loups en tirant des coups de fusil. Elle est aujourd’hui complètement occultée par la végétation.
Ce type de construction n’était pas rare dans les anciens pâtis communaux de la contrée, en lien avec l’importance du pastoralisme.

Par un étroit sentier, on gagna ensuite le chemin du ravin de la Combe longue (le GR 4F) qui relie le cirque d’Estre à Mayres, un magnifique chemin en sous-bois bordé de chênes-verts et de buis tout moussus mis en valeur par la lumière tamisée des frondaisons.

 

Pour clore cette sympathique matinée, Madame Peschier offrit un agréable rafraîchissement à son domicile.
Merci à elle et aux organisateurs de cette belle randonnée nature.

Samedi 2 juin 2018 : une sortie en deux temps

Au programme de la dernière sortie de l’association Patrimoine, une
reconnaissance de l’ancienne voie romaine de Maximien qui reliait l’ancien
port de Saint-Just à Alba, chef-lieu de la cité des Helviens.
Même si elle n’a
jamais livré de bornes milliaires à ce jour, on peut la suivre dans le Bois de Bidon et le long du Chemin ferré où l’on trouve par endroits de profondes ornières.

La voie y est particulièrement rectiligne et plane, mais nullement
pavée comme on les imagine trop souvent.

 

Elle a été aussi fréquentée au Moyen Age comme en témoignent la présence de la Commanderie des Hospitaliers de Trignan et le toponyme de la Bégude (sans doute un relais-auberge).

Après le pique-nique, le retour par d’autres chemins fut plus difficile

et aventureux pour le groupe en passant par la combe de Louby

 

 

 

et Font Gouzon,
pour rejoindre la Maison forestière de Saint-Marcel,
la Ferme de
Champ Vermeil où l’on put faire le plein d’eau, avant de suivre la combe du même nom.




Au total, un périple de 23 km, un peu long mais dans la bonne
humeur, prouvant une fois de plus que les arpenteurs romains savaient choisir leur trajet !