30 mai 2024

La dernière sortie de l’association Paysages, Patrimoine et Environnement de Saint-Remèze menait au site perché du Chastelas de Baravon, sur la commune de Gras, longtemps qualifié de « village gaulois ».

Arrivée au chastelas de Baravon
Arrivée au chastelas de Baravon

En fait, les différentes campagnes de fouilles conduites par  Michel  Gallet  dans les années 1960, et plus récemment celles de Nicolas Clément en 2006, attestent une occupation beaucoup plus complexe depuis l’Age du Bronze final jusqu’à l’Antiquité tardive, soit sur près de quinze siècles.
Les restes de mur d’enceinte appartiennent sans doute à la période la plus ancienne. Les structures en pierre sèche encore visibles dans le sous-bois correspondent à des espaces habitables du haut Moyen Age calés chronologiquement autour du VIe siècle de notre ère, soit de l’époque mérovingienne.
On avait là un village modeste, à l’architecture frustre, de plusieurs dizaines de cellules domestiques et artisanales, implanté sur une crête facile à défendre, loin des troubles de la vallée.
Dans le secteur fouillé, Nicolas Clément y a identifié une bergerie et un atelier de forgeron. Le développement du sous-bois pose le problème de la conservation du site.

Share Button